Partir pour mieux revenir

Tous les voyages commencent chez soi

Société / 3 minutes de lecture / Juillet 2018

Rester, c’est exister. Voyager, c’est vivre.
L’équation idéale entre deux mondes qui sont les nôtres.

On passe la majeure partie de notre temps à essayer de tout concilier : vie familiale, professionnelle, sociale… Et quand l’été pose ses premières marques, c’est comme si on l’avait attendu toute l’année.

Le temps s’arrête un peu. Se réchauffe. Le quotidien même semble s’effacer, et laisse place à un horizon sans limite. Le soleil prend petit à petit sa pleine mesure et nous invite au lâcher-prise. On se met à rêver cet ailleurs dont les règles sont différentes, et qui nous tend les bras.

L’été : synonyme de vacances. De voyage. De liberté. De relâchement de l’esprit. De reconnexion. Une parenthèse de détente.

Si la définition du bonheur ou d’une vie réussie est propre aux rêves de chacun, il en est de même pour le voyage - un outil comme bien d’autres, pour nous mettre en pause - un vent de liberté qui nous envahit et défait un peu les emprises des ''contraintes'' du quotidien. Choisir et vivre nos vacances, c’est aussi avoir le sentiment de faire quelque chose pour nous-mêmes.

On peut parfaitement se sentir comblés par notre ''chez-soi'', notre intérieur, notre bout de jardin, notre fenêtre ouverte sur ''l’extérieur'', sans vraiment avoir besoin de quitter notre lieu de vie. Pour d’autres, le vrai repos c’est…ailleurs.

Et pourquoi ce besoin de partir ?

Pour se retrouver ''loin de'' ? comme l’écrit l’auteur de ''L’Homme pressé'' qui nous rappelle que « le voyage institue une relation différente au temps. Partir pour ''gagner du temps'' ou ''pour en perdre'' ? Pour devancer la fuite du temps ou, bien au contraire, pour s’immerger dans une durée qui s’étire ? »

Le temps. Avoir du temps. Prendre le temps de…

Chez soi, il y a toujours mille choses à faire et on oublie justement de penser à soi. Partir pour fusionner avec la nature, pour découvrir autre chose, respirer un autre air, se dépayser. Oublier la routine et s’occuper de soi justement.

Et pour cela, la plupart s’accorderont à dire qu’il faut être bien dans ses propres murs pour avoir envie de partir et surtout, de revenir. La maison nous donne une raison au voyage et légitime notre envie d’évasion.

L’ici et l’ailleurs, sont indissociables.

Le voyage commence toujours bien confortablement installé chez soi. Avant même de se retrouver dans un tout autre décor.

Eplucher les destinations de rêve, lire les blogs de ceux qui l’ont fait, checker les horaires du ciel aérien, scroller les comptes instagram ou brancher son GPS. Autant de petits gestes intégrés dans le quotidien de ceux qui ont l’esprit qui vagabonde.

Si le monde est vaste et offre pléthore de paysages aussi divers et attrayants pour satisfaire aux envies de chacun, de la maison de campagne au chalet à la montagne qu’on partage entre copains, ou encore le petit hôtel sur la plage…nous, nous vous emmenons dans notre autre univers :

La mer.

« La liberté commence ici. »

A une heure de vol déjà ou quelques-unes de plus, nous sommes sur l’eau. L’air se charge d’embruns marins, les camaïeux peignent le décor. Notre voyage en Terre de liberté commence en tournant le dos aux pots d’échappement, aux zones touristiques surpeuplées.

Ce matin encore nous étions ''chez nous'' et déjà cette agréable impression qui nous effleure : perdre la notion du temps.

Si le paysage des montagnes est époustouflant, la mer attire toujours inexorablement. L’énergie est quasi la même. On se tient devant et on ouvre grand les yeux ! On se laisse habiter par l’infini, inonder par la lumière qui se reflète sur l’eau, se perdre dans la contemplation de l’horizon… Et cette sensation vaut tout l’or du monde !

« L'aventure est dans chaque souffle de vent. »

Vivre sous d’autres latitudes, à un autre rythme, faire de nouvelles rencontres, se nourrir de tout ce que l’aventure peut nous offrir… Tout cela nous remplit, nous enrichit, nous transforme.

Et si, aux dernières heures exotiques un certain vague à l’âme vient nous caresser, en repoussant la porte de ''Chez Nous'' c’est comme des retrouvailles. Le retour de voyage redonne du piquant à ce même quotidien qu’il nous tardait pourtant de quitter. Partir pour mieux revenir en quelque sorte. La Maison a un cœur, une âme, des sons et des odeurs où il fait toujours bon revenir.

Alors si vous aussi vous vous lassez d’hier, d’aujourd’hui et de demain, partez et revenez.

« La maison, c'est aussi un coin du Monde. »

SCHMIDT YACHTING
La liberté commence ici.