Vente immobilière /

Single living; les micro-appartements, une tendance qui s’affirme

« Monsieur Schmidt, je suis particulièrement surpris par l’arrivée récente d’un nouveau type de logement disponible sur le marché. Je fais référence aux appartements de petites surfaces type 1-2-3 pièces destinés souvent à la location. Cette offre très spécifique correspond-elle vraiment à une demande actuelle ou future du marché ? Selon votre expérience, quels sont les éléments qui permettent aux investisseurs institutionnels d’orienter leurs stratégies sur cette typologie bien spécifique ? Etant moi-même un petit investisseur, je me pose beaucoup de questions afin d’affiner ma propre stratégie d’acquisition. Merci de partager votre vision d’expert immobilier. » Philippe, Martigny

A ce jour, les ménages constitués d’une seule personne représentent la forme d’habitat le plus répandu en Suisse. Avec une part de 35%, les ménages d’une personne sont à ce jour les plus représentés. En chiffres absolus, c’est plus de 1,25 million sur un total de plus de 3,5 millions de ménages que compte notre pays. Selon les prévisions les plus prudentes, la part de ménages d’une personne devrait même atteindre les 38% d’ici 2030 !

S’agissant de leurs caractéristiques, les ménages d’une personne ne sont absolument pas homogènes et forment des groupes très différents. Plus de 41% des personnes vivant seules ont plus de 60 ans. La proportion de ménages d’une seule personne augmente très clairement avec l’âge. Au sein des personnes âgées de 85 ans et plus, elle dépasse même les 69%. Mais contrairement aux idées reçues, vivre seul n’est plus l’apanage des célibataires d’un âge avancé.

En effet, le deuxième groupe important de ménages d’une personne seule est formé par les jeunes adultes. Aujourd’hui, ils n’habitent souvent pas avec leur partenaire. 13% des femmes de 25 à 34 ans vivent seules tout en ayant un partenaire régulier ou occasionnel. Chez les hommes du même âge, cette part est encore plus importante pour s’établir à plus de 18%.

Cette tendance à se loger seul provoque immanquablement l’émergence d’une offre de logements plutôt innovante ; il s’agit de micro-appartements, parfaitement adaptés à l’air du temps et aux différents segments de demande mentionnés ci-dessus. Alors que le nombre de petits logements construits au début des années 2000 était plutôt minime pour ne pas dire infime, une forte proportion de promotions immobilières incluant ce type d’habitat ont été réalisés ces cinq dernières années. Le succès incontesté de ces micro-appartements repose aujourd’hui sur une demande accrue, une rentabilité plus élevée, une localisation centrale au cœur de l’agglomération et finalement une excellente accessibilité au transports publics.

Cette tendance va-t-elle s’accentuer à l’avenir ? Je pense que nous pouvons l’affirmer.

« Vivre seul n’est plus l’apanage des célibataires d’un âge avancé. Le deuxième groupe important de ménages d’une personne seule est formé par les jeunes adultes. Aujourd’hui, ils n’habitent souvent pas avec leur partenaire. »

Grégoire Schmidt