Vente immobilière /

L’immobilier, acteur majeur de la lutte contre le réchauffement climatique

Paru il y a quelques jours, l’inventaire de l’Office fédéral de l’environnement (OFEV) sur les émissions de gaz à effet de serre indique que le secteur du bâtiment frôle l’objectif de réduction inscrit dans la loi sur le CO2. Une véritable prouesse tant l’objectif était ambitieux.

Vous le savez sans doute : la Stratégie énergétique 2050, élaborée par le Conseil fédéral, vise à mettre en place des mesures pour réduire la consommation d’énergie, améliorer l’efficacité énergétique et promouvoir des énergies renouvelables. Cette ambition traduit la volonté de lutter contre le réchauffement climatique, qui nous touche tous.

La diminution des gaz à effet de serre constitue un levier important, pour ne pas dire prioritaire, dans le combat pour limiter l’empreinte carbone. C’est en ce sens qu’a été pensée la loi sur le CO2, qui fait figure de proue dans le domaine. Elle prévoyait une diminution de 20% des émissions de gaz à effet de serre en 2020, par rapport à 1990.

Où en sommes-nous aujourd’hui ? Le constat de l’OFEV est simple : « la Suisse a manqué de peu son objectif 2020 au niveau national », puisque la diminution est de 19%, contre les 20% attendus. Parmi les trois grands secteurs dans le scope, le bâtiment est celui dont la diminution était la plus ambitieuse (40% envisagé). L’industrie devait quant à elle diminuer ses émissions de 15%, et le secteur du transport de 10%.

Incontestablement, nous allons dans la bonne direction, puisque la diminution est de 39%, principalement due à l’amélioration de l'efficience énergétique des bâtiments au remplacement croissant des systèmes de chauffage au mazout et au gaz par des pompes à chaleur et des énergies renouvelables.

Bien que l’objectif ne soit pas tout à fait atteint, on peut se réjouir de la tendance baissière de ces émissions. En particulier quand on sait que le secteur du bâtiment était le plus gros émetteurs de ces gaz en 1990 parmi les trois étudiés, et qu’il est devenu en 2020 le moins émetteurs.

Doit-on pour autant arrêter nos efforts ? Non bien entendu. Le taux de rénovation en Suisse est encore bas, puisqu’il se situe à seulement 1% du parc immobilier. Autrement dit, a ce rythme il faudrait un siècle pour rénover l’ensemble des biens immobiliers en Suisse !  

Avec le printemps à nos portes, le moment est idéal pour envisager des travaux d’amélioration de l’efficacité énergétique de votre habitation. D’autant plus que vous pouvez bénéficier de subventions via le « Programme Bâtiments », conçu pour soutenir les ménages qui souhaite rénover leurs biens. Dans le canton du Valais, la mise en place de capteurs solaires, les rénovations visant à améliorer l’isolation thermique ou encore l’installation de pompes à chaleur par exemple, permettent d’obtenir une subvention.

Rénover votre habitat et bénéficier de subventions tout en œuvrant pour le bien commun en réduisant les émissions de gaz à effet de serre : à n’en pas douter, le printemps sera radieux !

Lire l'article dans La Gazette de Martigny en ligne du 22.04.2022 à la p. 11

Grégoire Schmidt