Vente immobilière /

Comment financer l’achat d’un terrain

Prendre la décision de construire la maison de ses rêves passe par l’étape incontournable de l’acquisition du terrain.

Pour financer cette opération, le taux d’avance pratiqué par l’organisme de financement varie selon l’état d’avancement du projet de construction. Dans la pratique, il existe deux situations distinctes :

1) Le projet de construction n’est pas encore défini

Dans ce cas de figure et en règle générale, les établissements financiers octroieront un prêt de l’ordre de 50% du prix d’achat du terrain pour autant que celui-ci soit conforme à sa valeur d’estimation.

Dans l’exemple d’un prix de terrain de CHF 100 000.- qui est estimé à CHF 80’000.- l’acheteur devra prendre à sa charge la différence de CHF 20 000.- entre le prix d’estimation et le prix d’achat, additionné du 50% de la valeur estimée de CHF 40 000.- soit CHF 60 000.-. Il devra aussi supporter les frais d’acquisition s’élevant à environ 2.5% du prix d’achat.

Possibilités de financement : Les fonds propres peuvent provenir d’épargne, de prêts ou de donations, d’une augmentation d’un prêt hypothécaire sur un autre objet immobilier. Dans l’hypothèse d’un achat de terrain pour y construire un futur logement principal, il est envisageable d’utiliser les avoirs du 3e pilier et du 2e pilier (libre passage). Pour celui-ci, il est nécessaire de s’informer auprès de sa caisse de pension afin de connaitre la réglementation interne pour ce genre d’opération car au mieux le permis de construire doit être délivré pour libérer les fonds, au pire, l’institution de prévoyance attendra que le bien immobilier soit construit.

2) Le projet de construction est existant

Si l’organisme de financement a connaissance de l’ensemble du projet grâce à un plan financier complet, des devis détaillés, un descriptif de construction finalisé, des plans signés et finalement une autorisation de construire en force, le financement pourra atteindre 80% du coût total (terrain + construction).

Dans l’exemple d’un prix global (terrain + construction) de CHF 800 000.-, il devra apporter 20% de fonds propres soit CHF 160 000.-. Une somme suffisante pour couvrir l’achat du terrain d’un montant de CHF 100 000.-. Il aura aussi à supporter les frais d’acquisition s’élevant à environ 2.5% du prix total.

Possibilités de financement : Le projet étant existant, les avoirs de libre passage 2e pilier seront obtenus moyennant l’accord de la caisse de pension. Il est parfaitement possible de solliciter non pas un versement de ses avoirs de libre passage mais plutôt un nantissement de la prestation. Il est utile de rappeler ici que selon la norme en vigueur, l’apport de fonds propres provenant du 2e pilier ne pourra pas dépasser 10% du prix total de la réalisation.

Avec un dossier complet, l’organisme de financement s’engagera sur l’octroi d’un crédit de construction pour le financement des travaux. Un prêt disponible sous la forme d’un compte courant débiteur libéré, étape par étape, en fonction de l’avancée des travaux. A la fin de la construction, il faudra procéder à la consolidation du crédit de construction en prêt hypothécaire.

" Il est intéressant de relever qu’il est parfaitement possible de solliciter non pas un versement de ses avoirs de libre passage mais plutôt un nantissement de la prestation."

 

Télécharger le PDF - article en page 17

Grégoire Schmidt